• Choix pédagogiques adaptés

    Lors de la séance de danse, on s’assura tout d’abord de l’accessibilité du gymnase pour l’élève en situation de handicap. Ensuite, ce dernier disposera d’un espace plus grand que ses camarades pour réaliser son interprétation artistique de l’émotion. En effet, chaque groupe dispose d’un carré coloré d’une certaine dimension au sein duquel ils doivent représenter l’émotion attribuée. Le carré dans lequel est l’élève et ses trois camarades sera donc plus large pour faciliter ses déplacements en fauteuil roulant.

    L’enseignant a pour rôle de proposer une adaptation des consignes, notamment par rapport à la variation de l’espace utilisé (passage au sol, saut, etc.). L’enseignant peut insister sur le rôle essentiel du visage et du haut du corps lors de l’expression des émotions. Enfin, l’enseignant veillera particulièrement à assurer la sécurité de tous les élèves lors de leurs pratiques sportives.

    Lors de la séance d’EMC, aucune adaptation n’est nécessaire, l’activité consistant à revenir sur leurs vécus et leurs ressentis. De plus, l’accessibilité de la salle de classe est garantie, cette dernière étant située au rez-de-chaussée.

    Concernant la représentation collective au sein de la maison de retraite, l’intervenant, professeur de danse, va adapter la chorégraphie en proposant des mouvements proches mais spécifiques à cet élève en situation de handicap. Par exemple, au moment de la représentation de l’émotion "joie", lorsque le reste du groupe classe réalisera un saut avec bras tendus, l’élève en situation de handicap réalisera un mouvement de bras tendus en accentuant les expressions du visage.